RSS

Quand le « têtard banni » deparle…

arton818703

Les élections présidentielles en Côte d’Ivoire auront lieu en Octobre 2015. Mais, bien avant cette date, les candidats déclarés ont commencé à chercher comment rassembler les électeurs ivoiriens à leur cause et/ou programme de société. Dans cette optique, le numéro 2 ivoirien Guillaume Soro a mis en mission une caravane dans le but d’informer les citoyens sur l’immense oeuvre de reconstruction et de stabilité entreprise par le Président Alassane Ouattara. On était en droit d’espérer que tous les prétendants à la présidence et leur états majors respectifs en fassent pareil. Mais, c’était sans compter avec l’inintelligence politique de certains. D’où les recentes sorties attribuées hier à Gnamien Konan et aujourd’hui à Charles Konan Banny. Un sage me disait que la réflexion est souvent un fardeau pour certains esprits. Le candidat Banny ayant decidé de plonger dans la gadoue en apostrophant le Chef du Parlement Guillaume Soro, plaise à lui que nous l’y rejoignons. De quoi parle donc Banny au point de deparler? Les casses de la BCEAO, les crimes dont il se fait l’echo en indexant Guillaume Soro, en a-t-il un soupçon de preuves? Si oui, la justice serait toutes ouïes pour les recevoir. Lui meme Banny l’a dit dans son intervention: les états membres de la BCEAO attendent de savoir. Donc si tant est que lui en a des preuves, prière les transmettre à qui de droit. Cependant, ne nous y trompons guère. La sortie de Charles Konan Banny n’est que la partie visible de « l’iceberg » des détracteurs du Président Guillaume Soro. N’étant pas en mesure de convaincre les ivoiriens sur son programme de société (A savoir s’il en dispose vue son incompétence notoire), le candidat Banny tente de noyer le possion en retrouvant subitement une mémoire au sujet de la crise ivoirienne. On est alors en droit de se poser certaines questions: pourquoi depuis tout ce temps Banny n’a pas mis sur le plat cette affaire de casses de la BCEAO et autres supposés crimes economiques. Pourtant, notre candidat « têtard » était Gouverneur de ladite institution quand cela est arrivé? Pourquoi attendre 12 ans après pour revenir sur un fait quand on est sûr de la culpabilité d’autrui? Quelle risibilité politique et manque de discernement de notre larron de Morofê. A l’analyse, Charles Konan Banny qui ne pèse rien dans l’échiquier politique ivoirien du fait de sa « nullité » aux différents postes occupés (BCEAO, Premier ministre sous Gbagbo, CDVR) veut se donner une carrure qu’il n’aura jamais en attaquant gratuitement et sans preuves le numéro 2 ivoirien. Comme mombreux de ses compères déclarés ou encagoulés, Banny est un has been et un « sous eduqué » politique. Oui, le Président Guillaume Soro a eu le nez creux en disant ceci: Ce n’est pas parce qu’on t’a applaudi à un meeting que tu vas te découvrir un destin présidentiel. Non, monsieur Banny, convaincre les ivoiriens, ce n’est pas accuser Guillaume Soro de tous les maux. Rassembler la côte d’Ivoire autour de vos ideaux, ce n’est pas indexer Guillaume Soro de tous les péchés d’Israël. La Côte d’Ivoire a besoin d’hommes politiques qui reflechissent et vous n’en faites pas partie. A peine votre candidature déclarée, vous trouvez des maux à ceux qui hier vous encensiez. Roublardise? Gbagbo n’aurait pas fait mieux. Vous êtes et resterez un eternel frustré par manque de charisme et de conviction politique. Vous avez echoué à la Primature, Guillaume Soro votre successeur y a été un modèle d’excellence. Vous avez échoué à la CDVR, incapable de rassembler les ivoirens. Oui Banny, vous jouez votre dernière carte politique, Guillaume Soro lui a tout l’avenir devant lui. Puisse Dieu lui accorder la longévité pour que vous autres gouailleurs puissiez mourir d’aigreur! Un passéiste aux idées vestustes peut-il enseigner le futur? Que nenni!

Cher Banny, malgré le volume de votre cavité crânienne, vous poussez peu la réflexion, englué que vous êtes dans des gesticulations puériles et inopportunes. A quoi vous sert donc cet amas crânien? A accuser sans preuves? A vouloir cacher l’immensité de votre incompetence? La politique saura se passer de vous et comment! C’est Dieu qui decide du destin de tout un chacun et non les incantations malveillantes d’un aigri que même Morofê vomit.

On vous attend sur le terrain des idéaux et non de la goguenardise monsieur Banny!

Lentement mais sûrement, tous les masques tomberont… Mais sachez que les pierres qu’on lancent à l’arbre fruitier ne le déracinent jamais.

A bon entendeur, salut!

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 21, 2015 dans Societé

 

Gnamien Konan ou l’art de la clownerie ministérielle…

IMG_7824

Je viens à l’instant de parcourir un site relayant un article dans lequel le ministre Gnamien Konan affirmerait que le Président Guillaume Soro ne serait pas un modèle et tutti quanti. Si ces paroles s’averaient exactes et emanant de lui, ce serait certes grave mais d’une telle hilarité. Car, à l’analyse méticuleuse, si la Côte d’Ivoire peut se targuer aujourd’hui d’être un MODÈLE de démocratie et un soupirant à l’émergence, c’est bien parce qu’un homme a donné de sa vie, de sa bravoure et surtout de son temps pour qu’on y arrive. Et cet homme n’est personne d’autre que Guillaume Soro. Son leadership n’est plus à démontrer et ce se sont pas les inepties mal fagotées (si avérées) d’un ministre en manque de repères et de solutions pour nos etudiants qui viendront tenir cela. Depuis le petit séminaire de katiola, Guillaume Soro a toujours fait don de sa personne pour que les conditions d’existence de ses frères et soeurs puissent être améliorées. SG de la FESCI en son temps, la lutte de Guillaume Soro, pour que les étudiants soient mieux traités , est encore vivace dans nos esprits, nous autres contemporains. Si le « tout puissant » Dibonan, ministre de la sécurité à l’époque, n’a pas pu « égratigner » le CHÉ Guillaume Soro, que pourra la bave dégoulinante d’un Gnamien Konan, ministre par opportunisme? Idem quand Bogota dirigeait les Forces nouvelles. Toujours le vrai leadership au profit de tous. De quoi parle alors le quidam Gnamien Konan? Dans ses aberrations, le sinistre Gnamien Konan dit que tous ceux qui ont fait la FESCI sont des voleurs et violeurs. Accusation grave de sens ! Que notre ministre volubile nous en apporte les preuves. Guillaume Soro à la FESCI, quel délice syndical ce fut! Peut-on nommer un voleur et violeur homme de l’année? Amnesty international peut-elle qualifier un voleur et violeur de « prisonnier d’opinion »? Oubien notre informaticien imbu de sa veste de ministre serait-il plus intelligent que tous ceux qui ont reconnu le mérite de Guillaume Soro? Plus loin, le sieur Gnamien Konan affirme qu’il ne recevra jamais ni ne discutera avec quelqu’un qui a fait la FESCI? Quelle gageure et goguenardise! Guillaume Soro premier ministre l’époque, patron de Gnamien Konan, pourquoi n’a-t-il pas refuser de rentrer dans un gouvernement dirigé par un ancien fesciste? Pourquoi avoir travaillé sous les ordres du premier ministre Guillaume Soro, si tant est que Gnamien Konan se croit plus « supérieur et intelligent » que tous ceux qui ont milité dans ce syndicat? Au demeurant, la question qu’on doit se poser en toute légitimité devrait être celle-ci: qui est vraiment Gnamien Konan, notre outrecuidant du jour? Un petit informaticien devenu DG de la douane par devers lui, et qui s’est rendu coupable de detournements sous Laurent Gbagbo. Ce qui lui a permit de créer l’UPCI, un parti fantoche, gringalet et sans aucune vision comme son propriétaire. Qu’a été son score à la présidentielle de 2010? Son opportunisme ne l’a-t-il pas conduit à s’arrimer au RHDP pour exister et se pavaner dans différents ministères? Le sieur Gnamien Konan pouvait-il un jour imaginer être ministre dans cette République ivoire? Assurément que son « charlatan » lui aurait dit de se réveiller de cette utopie. Mais, grâce au don de soi et à la combativité d’un homme comme Guillaume Soro, le RHDP et son ganglion l’UPCI de Gnamien Konan, sont arrivés au pouvoir. Aujourd’hui, l’huile barbouillée à la lèvre parce que repu sous ce pouvoir, ce « sinistre » ministre qu’est Gnamien Konan ose-t-il s’attaquer à son « bienfaiteur », le libérateur de la Côte d’Ivoire? L’ingratitude a toujours été le fait des petites personnes sans vision. Aussi, quand on n’est pas n’est pas en mesure de trouver des voies et moyens aux maux de notre ministère, prière la fermer monsieur le ministre. La jeunesse consciente sait et sera toujours reconnaissante au Président Guillaume Soro. On ne force personne à aimer Guillaume Soro, il n’a nullement besoin d’amour hypocrite et intéressé. Mais le respect dû à sa personne est non négociable. Que tu sois ministre ou autre, si l’écart de langage envers le Président Guillaume Soro devient ta denrée préférée, ne sois pas étonné de « mourir » de ripostes appropriées. C’est valable pour tous ceux qui s’hasarderons dans cette aventure malpolie et sans issue. Ce n’est pas parce qu’on se tait qu’on n’a rien à dire. Que notre clown ministériel tape son tambour et danse. Mais qu’il soit sûr que nous ryhmerons la cadence pour lui. Car le chat qui se veut tigre est toujours ramené à la réalité par son propre miaulement.

 

A méditer…

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 14, 2015 dans Societé

 

Étiquettes :

TIENI GBANANI, le LEADER ORIGINEL

Le Ché comme l’appellent ses intimes.

Le Général comme l’appellent ses compagnons de la FAC.

Le SG comme l’appellent ses amis de lutte FN.

Le PM comme l’appellent ses collaborateurs à la primature. 

Le PAN comme l’appellent ses collègues députés. 

Le Leader Éclairé comme l’appelle la jeunesse consciente.

Bref, Guillaume Soro, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a laissé partout où il est passé une trace indélébile: celle d’un homme de DEVOIR, de CONVICTION et surtout de MISSION. Qui n’a pas connu cette FESCI sous la houlette de Guillaume Soro? Qui ne se souvient pas du don de soi et de la pugnacité de l’homme? Ah il fut un temps où le combat pour la revalorisation des conditions de vie scolaires avait besoin d’hommes capables. Et ce combat, Guillaume Soro l’a mené sans fioritures. Demandez au ministre Dibonan, il vous en dira des nouvelles. Tribun hors pair et homme façonné dans le moule de la VRAIE conviction, Guillaume Soro a tourné le dos à la facilité et s’est donné corps et âme pour la jeunesse ivoirienne. Ils sont peu voire inexistant ceux qui peuvent se targuer aujourd’hui de lui arriver à la cheville en matière de lutte tant syndicale que politique. Après donc avoir fourbi ses armes à la FESCI, Guillaume le democrate, que dis-je, Guillaume le conquérant endossa son costume de LEADER pour que la Côte d’Ivoire ne sombre pas dans le chaos. C’était le temps de l’exclusion, du délit de faciès, de patronyme. En un mot l’IVOIRITÉ. Le 19 Septembre 2002 répondait à cet impératif de justice, de liberté et de démocratie pour notre Nation ivoire. Ce combat là, Guillaume Soro l’a encore mené avec autour de lui des hommes et femmes de conviction. Ces altruistes avaient foi et en ce combat et en celui qui l’incarnait. En ce temps là, ceux qui se prétendent leader aujourd’hui n’avaient pas le courage de la lutte. La peur les avait envahi. Mais le fils de feu Clément Soro a pris sur lui de faire aboutir ce combat pour la restauration de notre DIGNITÉ. Et oui, lui même l’a si bien dit: Aujourd’hui, les courageux pullulent le pays mais il fut un temps où on les cherchait pour le combat. Bref…

Aujourd’hui, à la tête de notre hémicycle, l’enfant terrible de Kofiplé, notre TIENI GBANANI NATIONAL réécrit en lettres d’or le renouveau parlementaire de la Côte d’Ivoire. C’est ce qu’il a toujours su faire: transformer l’obscurité en lumière. Et ça, c’est la marque des VRAIS LEADERS dont l’Afrique a besoin. 

Les hommes conscients ont toujours su faire le tri entre le BON GRAIN et l’IVRAIE. Donc, que le bruit des tonneaux vides ne nous empêchent pas d’avancer.10252042_557241881057195_2415117069285117038_n

 
1 commentaire

Publié par le janvier 13, 2015 dans Societé

 

Quand le Père Noël a un visage: Guillaume Soro

On ne cessera jamais de le dire. Celui qui rend un enfant heureux se couvre de la bénédiction divine. Et pour cause! L’enfance, synonyme d’innocence et de paix intérieure, est par nature l’état dans lequel la pureté s’exalte dans toute sa splendeur céleste. Ce pour quoi, j’ai toujours aimé cette citation de Jacques Salomé : « Quand on demandait à ma grand-mère d’où elle venait, elle répondait, après un infime temps d’hésitation : Je viens du pays de mon enfance. Je viens de toutes mes enfances. »… Fin de citation!

Ainsi donc, ce dimanche 28 Décembre 2014, un ange, sous les traits de l’illustre Guillaume Soro, est descendu au Palais des Congrès de l’Hotel Ivoire pour communier avec les enfants défavorisés de Côte d’Ivoire. En complicité étroite avec son ami et frère Teodorin Obiang N’Guema, Vice Président de la République soeur de Guinée Équatoriale. C’est au bas mot 100 mille cadeaux dans la besace du « PAN Noël » Guillaume Soro qui ont été offert à ces enfants pour égayer ainsi ce jour saint. Nous avons été de cet arbre de Noël particulier et nous avons vu toute la joie et la reconnaissance sur ces visages angéliques, témoignage d’un amour sincère pour le donateur du jour. Dans une salle du Palais des Congrès archi-comble, au décor féerique, plus de 5000 enfants ont fait le déplacement pour être dans la magie de Noël. Ne voulant pas faire les choses à moitié, les enfants de l’intérieur du pays ne sont pas restés en marge. Aussi, en plus de ceux d’Abidjan, toutes les régions de la Côte d’Ivoire recevront leur lot de cadeaux au profit des enfants. Ce pour quoi, les députés ivoiriens, dignes représentants de leurs populations ont reçu des mains du Président Guillaume Soro des packages symboliques durant la cérémonie. Oui, le partage, cette donne humaine, a pris tout son sens avec cette cérémonie haute en couleurs et… en cadeaux. Françoise Dollo de renchérir à ce propos : « Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l’entraide et la solidarité visant à un but commun : l’épanouissement de chacun dans le respect des différences ». Il fallait donc y être pour sentir cette communion entre les tout-petits et le Président Guillaume Soro. Signe du génie et de l’aura de l’homme. L’adage populaire le dit à satiété : La vérité sort de la bouche des enfants. Et comme une symphonie bien orchestrée, dès l’annonce de l’arrivée du Président Guillaume Soro, c’est une marée « enfantine » qui l’a accueilli avec ce sourire et cette chaleur propre aux êtres sincères. C’était tout simplement FABULEUX!!! On peut l’affirmer sans l’ombre d’un doute: ce dimanche, le père Noël avait tous les traits de Guillaume Soro. La magie de Noël a fait des victimes de taille pour un constat des plus évidents : le bonheur immense des enfants défavorisés. Ah qu’il avait raison Christian Bobin quand il affirmait : « Le génie est composé d’amour, d’enfance et encore d’amour ».
Merci Excellence Guillaume Soro pour cet amour et cette générosité offerte aux enfants.

Vivement l’année prochaine ! B58Z8_kCUAE5A5H

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 28, 2014 dans Societé

 

Guillaume le LEADER

Guillaume Soro, cet altruiste politique qui épate de jour en jour. Du haut de ses 42 ans ( On lui donnerait plus tant l’homme ne cesse d’étaler sa grande sagesse politique), l’enfant de kofiplé poursuit allègrement sa tâche à la tête de notre institution parlementaire. Qui mieux que ce jeune homme pouvait en si peu de temps faire sortir notre vieil hémicycle de sa léthargie ? Sa jeunesse est un atout car cela lui permet d’être en phase avec cette frange de la population, avenir de toute Nation. Longtemps aux abonnées absentes, la jeunesse ivoirienne s’est trouvé aujourd’hui un LEADER CHARISMATIQUE en la personne de Guillaume Soro. Formé dans le moule du syndicalisme estudiantin, celui qui préside aux destinées de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire a eu un parcours des plus atypiques. Et pour cause! De la FESCI au parlement en passant par les Forces Nouvelles et la primature, l’homme aura fait montre de sa stature de dirigeant soucieux du bien-être de ses concitoyens. Toujours à la recherche du CONSENSUS autour de l’intérêt national, Guillaume Soro a fait don de sa personne pour que la Nation ivoire puisse épouser l’ère démocratique et ainsi penser à son développement harmonieux avec toutes ses filles et tous ses fils rassemblés. L’union sacrée autour de la Mère patrie fut le socle de toutes les initiatives prises par le fils de Feu Clément Soro. Qui pouvait imaginer un instant que ce frêle jeune homme à l’époque aurait cette audace de se mettre en avant-garde dans ce combat pour la restauration de notre identité première? La fraternité ivoirienne a été, depuis l’époque du bâtisseur Félix Houphouet Boigny, notre denrée la plus prisée. La Côte d’Ivoire en ces temps là était un melting-pot de diverses contrées du monde. Tout le monde se retrouvait ici pour célébrer et conforter cette fraternité. Notre hymne national ne nous stipule-t-il pas que nous sommes la PATRIE DE LA VRAIE FRATERNITÉ ? Et c’est sur la base de cet accueil hospitalier que nos pères bâtirent cette Nation. Puis vinrent certains de nos frères qui, pour une question d’ego et de calculs politiques, ont détruit toutes ces années mirent à construire cet idéal de paix, de cohésion et de fraternité. Fallait-il les laisser dans ces errements qui nous conduisaient vers un gouffre national? Face à cette gangrène sociétale, il était plus qu’opportun d’y mettre le holà. Et c’est ce que fit l’un de nos dignes fils Guillaume Soro. Du Petit Séminaire de Katiola à la grande FESCI, Guillaume Soro s’est forgé une âme de combattant contre l’injustice et les disparités quelles qu’elles furent. Tout citoyen était en droit de mériter de sa compétence et cela, Guillaume Soro en a fait son leitmotiv, l’a défendu ardemment à cette époque et l’a poursuivi avec les Forces Nouvelles. Les faits sont têtus disait récemment le Président Kagamé. Qui oserait en douter? Qui pourra denier à Guillaume Soro son DON DE SOI? SON ALTRUISME? SA QUÊTE DE L’ÉQUITÉ, DE LA JUSTICE? Seuls le feront les esprits débonnaires abonnés aux inquisitions mal fagotées qui expriment plus une haine pour l’homme qu’un semblant de véracité. Pour les doués de jugeote, Guillaume le Conquérant, que dis-je, Guillaume le Démocrate, Bogota ou le Che pour ses intimes a inscrit en lettres indélébiles son Nom au panthéon des LEADERS sur qui l’Afrique de demain saura compter. Le Président Abdou Diouf a eu le nez creux en disant de l’homme qu’il représentait l’avenir de notre continent. Absolument ! Loin de se laisser distraire par les discours dithyrambiques quotidiens, Guillaume Soro oeuvre lentement et sûrement à accomplir sa tâche au sein du législatif, comme partout ailleurs où il est passé. Ceux qui ont souvenance de son passage à la primature savent que l’homme n’est pas obnubilé par la « griotique » et la flatterie. Il a toujours su s’en passer car ce qui l’importe, c’est d’accomplir sa MISSION quelque que soient les difficultés y liées. A 42 ans bien sonnés, avec son humilité légendaire, Guillaume Soro continue de fasciner les jeunesses du continent et d’ailleurs. C’est un mystère disent certains, un fin politicien renchérissent d’autres. Mais, tout ce brouhaha n’arrive pas à l’écarter de ses tâches régaliennes. Pourtant, loin des bruits d’opportunistes de la dernière heure et des rêveries de ses détracteurs, Guillaume Soro n’a qu’un seul désir : faire briller de tous ses feux notre parlement au firmament de la reconnaissance mondiale. Et ça, pour sûr, il y arrivera car impossible n’est pas Guillaume Soro. A Abobo, on dirait « Connaisseur connaît, c’est gaou qui passe ». Bon vent à vous Excellence Guillaume Soro. Tous nos voeux de réussite vous accompagnent ! 20141029135846-091eb91f-la

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 19, 2014 dans Societé

 

19 Septembre 2002: Devoir de reconnaissance nationale…

Soro-soldats3

19 Septembre 2002, le jour où débuta le combat pour la dignité. A défaut de construire une stèle à la mémoire de nos vaillants combattants de la liberté, ayons au moins la décence de ne pas les vouer aux gémonies. On ne le dira jamais assez, il faut du courage pour se rebeller contre l’injustice, l’arbitraire et la dictature. Pour cela donc, il faut être un HOMME. Et ce jour là, des ivoiriens et non des moindres ont pris le maquis pour revendiquer un mieux être, pas pour eux, mais pour toute cette frange de la population qui vivait le martyr sous les coups de boutoir d’un pouvoir sanguinaire. Le 19 Septembre 2002 marque à coup sûr cette quête indéniable de la démocratie pour tous dans cette Nation. Conduit par Guillaume Soro, cet homme au caractère trempé dans le marbre de l’honneur et de la conviction, nos vaillants combattants du MPCI (Mouvement Patriotique de Côte d’Ivoire) devenu plus tard FN (Forces Nouvelles) ont donné de leur sueur, de leur sang et de leur vies pour que la Côte d’Ivoire renoue d’avec les valeurs qui avaient fait sa notoriété première : Terre d’Hospitalité, patrie de la vraie Fraternité.

Guillaume Soro, natif de kofiplé et anciennement charismatique Secrétaire Général de la FESCI, fut celui la même qui emmena cette horde d’anonymes et de connus à se transcender face à l’adversité farouche qu’opposait le pouvoir sanguinaire de Laurent Gbagbo. La lutte pour notre émancipation doit être marquée d’une pierre blanche dans le livre de notre jeune histoire. Que peut être l’avenir d’une nation si ses citoyens oubliaient d’où ils venaient tant ils seraient obnubilés par là où ils vont? L’adage populaire nous conseille toujours de savoir d’où l’on vient quand on ne sait pas où l’on va.

Ni ingratitude, ni oubli encore moins mépris ne devrait subsister dans la conscience nationale en ce qui concerne nos héros eburnéens. On leur doit ce vent nouveau qui souffle sur notre patrie. En ce jour donc du 19 Septembre 2014, exactement 12 ans après le déclenchement de ce combat pour la dignité, qu’il me soit permis de rendre un vibrant hommage à Guillaume Soro pour sa constance, sa vision, son courage mais surtout pour son honnêteté tant politique qu’humaine. Je me souviens d’une interview du Commandant Tuo Fozié qui affirmait sans ambages: Sans un homme de la trempe de Guillaume Soro, ce combat n’allait pas aboutir. Quel meilleur hommage que celui-ci!

Il ne faut pas se voiler la face car cela aurait été une personne parmi ceux qui le vilipendent, sûr et certain que ce dernier se serait laissé corrompre par tous les avantages à lui proposés. Mais fort de son éducation, de sa confession religieuse et de sa conscience intègre, Guillaume Soro a démontré aux sceptiques de tous bords que sa mission etait l’instauration de la démocratie et de la liberté. «Je suis un homme de mission et non d’ambition» clame-t-il. Ainsi, le 19 Septembre 2002 marqua le début de cette mission qui avait pour but de ramener notre chère patrie à ses amours « Houphouetiens »: la terre du vivre ensemble dans la diversité. Mission accomplie donc!

Je n’oublierai pas de rendre un hommage appuyé aussi aux camarades de Guillaume Soro, ces hommes et femmes qui ont tout abandonné pour se jeter dans cette lutte. Laissant familles et proches, ces altruistes ont préféré le combat pour le salut de la Nation en lieu et place de leur personne. Merci à vous chers devanciers pour avoir épauler Guillaume Soro dans cette noble mission.

Je ne saurais terminer mon propos sans tresser des lauriers aux soldats des Forces Nouvelles. Qui mieux que celui qui donne sa poitrine face aux balles doit mériter de nous un hommage conséquent? On peut leur trouver des défauts (Nul n’étant parfait) mais au moment opportun, là où leurs détracteurs se barricadaient, ils ont sacrifié leur vie, confiants en Dieu, pour faire avancer et aboutir la lutte armée. On les taxait de bidasses, de menuisiers, de mécaniciens, de plombiers et que sais-je encore comme sobriquets. Mais, au delà des étiquettes qu’on leur collait, ce sont des hommes et femmes pétris de courage qui ont mis en déroute tous ces gradés FDS. On leur doit une fière chandelle car sans leur don de soi, Laurent Gbagbo et sa horde d’assassins nous auraient tous exterminé. Merci chers combattants pour votre sacrifice.
Aujourd’hui, assis dans mon bureau, le regard dans le vague, je repense au 19 Septembre 202, je revois ces visages juvéniles d’oú emanaient courage, confiance, honneur, conviction. Je repense à ceux qui sont restés sur le chemin dans cette quête assoiffée de liberté et de démocratie. Puisse Dieu leur accorder le repos éternel et surtout une demeure dans Son Paradis. Ils ne sont pas morts en vain. Non! Leur sacrifice de soi a abouti. Cependant, ils ne sont plus de ce monde. Que chaque habitant de cette Nation, qui respire aujourd’hui les effluves de la liberté, ait une pensée pieuse pour eux. On leur doit au moins cette reconnaissance!
19 Septembre 2002 – 19 Septembre 2014, 12 ans après, comme si c’était hier. Les larmes aux yeux devant ce parcours difficile pour être enfin libre, je me met à genou devant mon Seigneur et je Lui adresse du plus profond de mon âme un seul mot: MERCI!

Que chacun observe une minute de silence à la mémoire de nos disparus.

Un article de Foroto Woule (https://m.facebook.com/tchepral?ref=bookmark)

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 19, 2014 dans Societé

 

Quand la bassesse submerge la conscience

10171854_10202587424944944_8585530792134419394_n

Birago Diop disait et on cite : Quand la mémoire va chercher du bois mort, elle ramène le fagot qui lui plaît. Cette assertion prend encore toute sa véracité dans ce qu’il est convenu désormais d’appeler « La haine inutile envers Guillaume Soro ». Nous avons été fort surpris dimanche dernier à l’annonce d’une rocambolesque histoire à laquelle fut associée le nom de l’honorable Guillaume Soro. Loin de nous apesantir sur les motivations des commanditeurs de cet acte vil et lâche, nous nous focaliserons sur les contours honteux qui ont été donné à cette affaire, qui n’en est pas une. Comment comprendre qu’au 21 ème siècle, des hommes pourvus de cette capacité appelée CONSCIENCE , puissent s’adonner à ces vilenies, même dans le but de nuire à leur adversaire? Comment notre conscience peut accepter que l’innocence d’un enfant puisse être jetée en pâture pour servir quelques desseins inavoués? Qui aurait la décence parmi tous les détracteurs de Guillaume Soro de concevoir que sa progéniture fasse le lit de la presse poubelle? Est-ce à cela qu’est réduite la politique, cette donne humaine? Dans cette affaire, mettre sur la place publique le dossier médical, qui doit être d’une confidentialité à nul pareil, cela relève tout simplement de la petitesse et de la lâcheté de ses auteurs. Refuser d’affronter Guillaume Soro de face et se complaire dans des manigances puériles, on en vient à penser que certains animaux sont plus « conscients » que certains humains. Quand dans l’élaboration de ce plan machiavélique et indigne, une certaine presse nationale comme internationale s’en mêle et décide d’en être le porte flambeau, on se demande bien ce que certains plumitifs font de la déontologie et de l’éthique. Que fait-on du DROIT de cet enfant à la confidentialité médicale? Que fait-on de notre DEVOIR d’adultes (?) de respecter ce droit? C’est malheureux et indigne d’user de la faiblesse d’un enfant pour une vengeance fusse-t-elle politique. Rappelons que la vie privée du Président Guillaume Soro mérite d’être respectée. Depuis son entrée dans les luttes syndicales, Guillaume Soro a toujours été soucieux du respect de sa vie privée. Ceux qui veulent en découdre avec lui devraient avoir le courage de l’affronter sur le théâtre des idées et de la conviction. La politique n’est pas la guerre mais un jeu où l’adversaire n’est pas un ennemi mais un frère qui n’a pas les mêmes visions que nous. Certains ont trouvé le raccourci idoine en taxant la Dame incriminée de compagne de Guillaume Soro, chose que l’interessé lui même n’a jamais dit ni ouvertement, ni en aparté. Certains auraient-ils des dons d’unification de couples? Le summum de la petitesse intellectuelle. L’unique compagne du Président Guillaume Soro se nomme Dame Sylvie Soro née Tagro et cela aucune invention de scribouillard ne pourra changer la donne. On n’attribue pas de relation à autrui pour le plaisir de le faire. Encore là, certains ont préféré s’adonner aux desiderata de leurs émotions en lieu et place d’un sursaut intellectuel pour faire la part des choses. On le sait tous, le nom de Guillaume Soro fait vendre. Aussi, certains journaleux adeptes de papotage ont trouvé leur filon en usant du mensonge, le tout appuyé du nom de l’honorable Guillaume Soro, pour vendre quelques torchons pompeusement appelés « Journaux ». Ce qui est désolant, c’est le parti pris flagrant et sans enquête préalable de certaines chaînes d’informations qu’on croyait au dessus de la gadoue journalistique. On parle ici de l’AFP (Agence France Presse) et de RFI (Radio France Internationale) qui comme des roitelets, se sont evertuées à trouver des poux au Président Guillaume Soro. Mission commandée ? Cela en a bien l’air. Mais à quelle fin? Seul l’eboueur au fond d’une fosse sceptique sait à quoi servira le fruit de son travail. Pour notre part, nous restons ahuris devant tant de manque de professionnalisme de la part de ces canaux d’informations. De par le passé, on avait connu l’AFP et RFI plus pointilleuses en matière d’inquisitions. D’où provient alors cette légèreté et cet irrespect avec lesquels cette histoire fut traitée ? Voir aujourd’hui la bassesse avec laquelle l’AFP et RFI ont abordé cette affaire, on se rend compte que la déontologie a foutu le camp chez ces plumitifs.
Toutefois, la justice a été dite sur cette affaire des plus normales que d’aucuns ont voulu fantastique. Le droit a pris l’envol face aux élucubrations des uns et des autres. Certes la justice française, dans son impartialité, a tranché au sujet de cette banale histoire de droit du travail. Cependant, nous ne pouvons passer par pertes et profits l’amalgame et les attaques gratuites contre la deuxième personnalité de l’Etat de Côte d’Ivoire. C’est inacceptable!
Concernant les plaignantes, la faim pousse souvent le lion à brouter de l’herbe. Aussi, le fait de vouloir des papiers et de l’argent ne devraient pas nous conduire à faire fi de la reconnaissance. L’adage dit que lorsque tu enleves le fou pour le mettre dans un palais, il se trouve martyrisé. Ainsi mesdames, accuser Guillaume Soro n’est pas la solution à vos maux. Le Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire ne délivre pas de titres de séjour français. L’incriminer alors dans une affaire où il n’a rien à y voir, cela ressemble fort à de la manipulation. Nonobstant, le « lion brouteur » doit savoir faire la part entre la bonne herbe et la mauvaise.
Pour finir, nous dirons à tous ces nageurs en eaux troubles que le Président Guillaume Soro a de la sérénité à revendre. D’où qu’elles fusent et quelque soit leur ampleur, les manigances de ses détracteurs encagoulés seront traitées avec la plus grande énergie. Nous ne saurons tolérer que l’honorabilité du Chef du Parlement Ivoirien soit mis en cause dans des facéties. La tâche noble qu’il est entrain d’accomplir à la tête de l’hémicycle ivoirien ne saurait s’encombrer de turpitudes de quelques ecervelés en quête de sensationnel.
Que les chiens continuent de clabauder, la caravane avance allègrement!

 
1 commentaire

Publié par le septembre 9, 2014 dans Uncategorized

 
 
Le Minouzine

Le Minouzine c est toi, moi , nous, vous, eux !

blog balphao

Ne demandez jamais quelle est l'origine d'un homme ; interrogez plutôt sa vie et vous saurez ce qu'il est.

Le Blog de Djibril

Seule la Vérité libère l'Homme!

Kankar Post

Je parle des Médias d'aujourd'hui. Sur les pas des Nouvelles Technologies et de l'Innovation

AFRICAN DIGNITY

TOUS UNIS, POUR LA GRANDEUR ET LE PRESTIGE DE L'AFRIQUE.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 622 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :